Plaidoyer pour une cuisine de qualité

L’interview avec Rainer Kalesse

Qu’est-ce qui distingue la cuisine moderne et contemporaine?

La cuisine d’aujourd’hui n’est plus seulement l’espace de travail qu’elle était encore dans les années soixante et septante. Que du contraire, elle est le centre de la vie familiale, un lieu de vie plutôt qu’un lieu de travail. Résultat de cette évolution : on accorde bien plus d’attention à la qualité des équipements et au design. C’est une bonne chose, car par rapport à la voiture, enfant chéri des Allemands, l’aménagement du logement – et par conséquent l’aménagement de la cuisine – reste un parent pauvre.

Sur quoi faut-il mettre l’accent lors de la conception d’une cuisine?

En matière de design, il faut avant toute chose avoir une vue globale de la cuisine. Comment puis-je, en tant que designer, déconseiller au client un achat impulsif et lui proposer un produit qui lui apportera entière satisfaction très longtemps ? C’est bien plus qu’un look contemporain, c’est plutôt par une ergonomie adaptée, un choix de matériaux judicieux, une finition de qualité et une conception bien pensée. Et c’est seulement ainsi que la cuisine devient ce qu’elle doit être, le cœur de la vie familiale.

Au-delà de l’esthétique, quelles sont donc les fonctions importantes?

De prime abord, le côté « chic » peut impressionner. Mais l’essentiel, c’est le côté pratique: est-ce que la cuisine répond aux attentes de l’acheteur ? C’est souvent en l’utilisant au quotidien qu’on peut dire si une cuisine vaut le prix payé. En voulant économiser à tout prix, on constate très souvent que ce qu’on croyait être une trouvaille n’est qu’un gadget aussi cher qu’inutile. S’il faut se pencher dix fois par jour pour remplir le lave-vaisselle, le prix d’un appareil encastré en hauteur devient acceptable. Et au bout de trois allers-retours à la cave, on se rendra peut-être compte que l’espace de rangement supplémentaire offert par les armoires coulissantes extra-profondes aurait été bienvenu. Sous cet angle, la cuisine jugée trop chère dans un premier temps peut largement valoir son prix à long terme.

Venons-en à la durabilité. Quelles sont vos priorités à cet égard?

Ma préoccupation, c’est la satisfaction durable du client lorsqu’il travaille ou séjourne dans sa cuisine. Cela passe par des produits de haute qualité, qui résistent aux assauts du temps. Mais bien entendu, durabilité signifie aussi une cuisine construite dans le respect de l’environnement et des ressources naturelles. Chez Nolte, cette responsabilité environnementale se traduit par la certification FSC et PEFC des produits. En d’autres termes, nos produits sont le fruit d’une production socialement et écologiquement responsable.

Comment économiser l’électricité dans une cuisine?

D’abord et avant tout, en misant sur l’efficacité énergétique des appareils. Mais ce n’est pas tout, il faut aussi s’interroger sur la provenance de l’électricité. Ainsi, le groupe Nolte consomme exclusivement de l’électricité portant le label « énergie verte », qui garantit que, pour chaque kWh consommé, le fournisseur consacre une certaine somme à la promotion des énergies renouvelables. C’est là notre contribution à l’indispensable réorientation de la politique énergétique.

À quoi ressembleront les cuisines dans 20 ou 30 ans?

Les grands principes de la cuisine moderne datent des années 1930. Aucun changement fondamental n’est intervenu depuis lors. Vu que plus de 80 ans se sont écoulés depuis lors, j’ose affirmer que la cuisine ne changera pas vraiment dans les années à venir. Une armoire restera une armoire, même si l’armoire d’aujourd’hui, avec ses tiroirs à amortisseurs et ses systèmes de rangement, se différentie clairement de celle de nos parents ou grands-parents. Le nombre d’accessoires va augmenter, bien sûr. Je pense à l’électrification croissante du mobilier, au confort et aux possibilités techniques de l’électroménager qui n’ont certainement pas atteint leurs limites et également à l’internet qui prendra toujours plus d’importance dans la cuisine. De manière générale, l’évolution de la société ira vers une mobilité croissante de l’individu. Il en résultera des déménagements plus nombreux, qui augmenteront l’attrait pour les cuisines modulaires déménageables. En renonçant au concept classique du « mur à mur », déménager une cuisine deviendra un jeu d’enfant, et celle-ci s’adaptera aux changements qui marqueront le cours de notre vie.

Le logement du futur devrait aussi être caractérisé par la flexibilité du mobilier. Le logement rigoureusement subdivisé en hall d’entrée, chambres à coucher, salle à manger ou séjour cédera la place à un lieu opérant la fusion des différents espaces de vie en un seul grand volume, dont la structure et la subdivision seront définis par des éléments de rangement ou de mobilier multifonctionnels. Ainsi, une armoire servant d’espace de rangement dans la cuisine pourrait aussi accueillir, dans le séjour, le téléviseur écran plat. Bref, l’habitat est un thème appelé à rester des plus passionnants!

Combien de temps passez-vous vous-même dans votre cuisine?

Si je m’y sens bien, je vais automatiquement y passer davantage de temps avec ma famille ou mes amis. Je voudrais donc me livrer à un plaidoyer en faveur d’une cuisine bien équipée, adaptée aux besoins de l’utilisateur. Chaque euro investi dans la planification, la conception des rangements et l’ergonomie des différents espaces de travail nous est rendu au centuple par un surplus de qualité de vie!

« Chaque euro investi dans la planification, la conception des rangements et l’ergonomie des différents espaces de travail nous est rendu au centuple par le surplus de qualité de vie! »

« En matière de design, il faut avant toute chose avoir une vue globale de la cuisine. »

Plaidoyer pour une cuisine de qualité

Rainer Kalesse, designer en chef chez le fabricant Nolte